La Mongolie : là où l’aventure prend tout son sens

Cela faisait longtemps que j’avais envie de partager avec vous une aventure un peu particulière … Notre voyage en Mongolie n’est pas un voyage comme les autres, il est le début de ce qui nous caractérise aujourd’hui, de ce qui oriente nos choix et nos projets : il est l’un de nos voyages les plus dépaysant et révélateurs.
 

Il détient une place particulière dans nos cœurs, il est là pour nous rappeler de foncer et de réaliser nos rêves parce que la vie est bien trop courte … Ce voyage était le fruit d’un besoin immédiat de fuir la réalité parfois trop dure … et se dépasser en s’immergeant dans une nature sauvage où l’Homme n’a pas encore laissé de trace.

 

Un voyage commence toujours de la même manière : par les préparatifs !
 
 

Et quand on s’attaque à un pays comme la Mongolie, les préparatifs ne sont pas à prendre à la légère.

 
On oublie l’achat rapide de carte de randonnées pour créer un itinéraire : ça n’existe pas ! On se rabat alors sur des anciens tronçons de carte de l’armée Russe. Et puis on tente de recoller les morceaux, de les comprendre (vive l’alphabet cyrillique !) et de les assembler pour créer un itinéraire loin de tout.
 
Mongolie
 
Direction autonomie et immersion complète en territoire mongol au lac Terkhiin Tsagaan Lake !
 
Le bus devant nous amener à Tariat, un village proche du lac, est une belle plongée dans l’univers Mongol :-D. Le trajet de plus de 13h sera une épreuve : à 70 dans un bus de 50, chargés de marchandises jusque sous les fesses des malheureux faisant le trajet assis dans le couloir et en roulant à même les plaines (oui pour les routes goudronnées on oublie !), ce fut un souvenir mémorable.
 
Lorsque le bus arrive à destination, il est minuit … et nous allons connaître une grande découverte : la nuit noire !
 
Oui la vraie nuit noire … celle qu’aucune lumière ne vient polluer, qu’on ne connait pas chez nous. Et la nuit noire, et bien, c’est ultra déroutant : nous perdons tout repère visuel. A l’aide de nos lampes frontales nous cherchons à sortir du village quand un Mongol nous croise et nous propose de nous héberger : la perspective de ne pas devoir planter la tente et de pouvoir manger un morceau nous séduit.
 
Une rencontre absolument déconcertante … Nous voilà face à la population mongole et leurs traditions que nous apprenons petit à petit. A 6 dans une yourte aussi grande que notre salon, nous passons la soirée à tenter de se parler entre dessins et mes quelques mots de mongol.
 
Mongolie
 
Mongolie
 
La vie est tellement rude ici … en hiver le froid peut atteindre -50 degrés et une fois le feu de la yourte éteint pour dormir, le toit, quant à lui, reste ouvert…. Notre première nuit ne sera pas aussi froide mais bien fraîche quand même à -5 degrés.
Nous goûterons aussi une boisson très répandue : du thé salé au lait de yak … un pure délice … ou pas 😉 Et pourtant, il faudra bien s’y faire : nous allons en boire des litres pendant notre séjour ici.
 

Le départ de notre trek se fera au petit matin, un peu dans la douleur :

 
La nuit fût courte, froide et nous n’avons pas fait de vrai repas depuis presque 2 jours …
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Néanmoins, les paysages et cette sensation de solitude nous enivrent … Marchés au milieu de troupeaux de yak, de chevaux est une expérience fantastique.
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Nous passerons alors quelques jours au bord du lac entre treks, bivouac en pleine nature … Les rudiments de la vie sauvage rythment nos journées.
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 

Petite anecdote tout de même : Lors de notre premier soir de bivouac, nous étions épuisés et affamés, l’idée d’un vrai repas chaud avant de dormir ne nous quittait pas. Et pourtant, quand Jerem commence à préparer notre réchaud, un juron s’échappe dans les plaines mongoles : P…., FAIS C…. !
J’ose même pas imaginer ne pas manger encore ce soir … et pourtant, la bouteille d’essence remplie à Oulan Bator avant de prendre le bus n’avait pas résisté au voyage en soute et le joint est HS … Là, c’est le désespoir !
Ta la la la la la, ta la la la (Ok c’est une imitation de la musique de MacGiver ! lol) Bah oui, c’est de cette soirée que lui vient ce surnom : Jérémy, mon MacGiver !
– Chérie, ne t’inquiète pas, tu vas manger chaud ce soir !
– Mouai mouai … j’ai plutôt l’impression que c’est mal parti sans réchaud et sans arbre aux alentours
– Tu veux bien faire quelque chose pour moi ? Ramène-moi les bouses de Yak les plus grosses et les plus sèches …
– Euh, bien sûr Chéri … je sens que ça va être une soirée romantique !

 
Mongolie
 
Eh ouai, mon MacGiver nous fera du feu avec de la bouse de Yak ! Et pendant plusieurs jours d’ailleurs !

 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Sur la route du retour, un mirage semble soudain apparaitre à nous … Un cheval s’élance au loin dans notre direction. Un mongol sur son cheval nous a repéré (sans doute grâce à la couleur de nos vestes 😉 ) et est venu à notre rencontre. Il s’étonne de nous voir seuls à pied au milieu des plaines et nous propose de venir passer la nuit à côté de sa yourte pour partager un repas ensemble … L’hospitalité mongole n’a pas d’égal et nous touche profondément …
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Il est temps de retrouver la capitale mais avant, une petite nuit dans un camp de yourtes pour l’expérience ludique !
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 
De retour après, de nouveau, un voyage en bus interminable, nous décidons de tenter une excursion dans le désert de Gobi et pour cela il nous faut un chauffeur ! C’est grâce à Nassam, une adorable femme chez qui nous logerons quelques jours à Oulan Bator, que nous rencontrerons Ulzii !
 
Ulzii est guide-chauffeur-dépanneur-organisateur d’excursion … :-) Bref il se débrouille tout seul. Il ne parle pas un mot d’anglais mais pas de problème, il possède un mini dictionnaire Mongol-English … ça promet !
C’est donc avec Ulzii que nous partirons à la découverte des paysages du désert de Gobi.
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 
L’occasion de passer des moments sympas avec notre chauffeur en plein milieu d’étendues désertiques et si impressionnantes. L’excursion restera très rustique notamment pour les repas dans des cantines très spartiates en yourte au milieu de nulle part …( c’est d’ailleurs à ce moment que je commencerai ma diet : le thé salé et le mouton me sortent pas les trous de nez ! ) et les nuits passées à 3 avec notre chauffeur dans des yourtes sans électricité, ni eau …
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 
Mongolie
 
 

Si vous m’avez lu jusqu’au bout, j’espère vous avoir emporté avec nous dans ce pays magnifique si loin de notre mode de vie. Un pays où la vie est rude mais où les habitants font preuve d’une telle bienveillance et hospitalité qu’il est difficile de ne pas en sortir changés au fond de soi.
 

Je crois qu’au fond de nous, c’était ce qu’on était venu chercher ici … Un recul, une prise de conscience sur notre vie. J’ai vraiment le sentiment que ce voyage a changé nos vies …
 

Comme l’impression que depuis le ciel pur et étoilé, une personne veillait …
 
C’était en 2014 …
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *